Maxwell Thorpe fait tomber les juges avec sa voix incroyable

Vous verrez de temps en temps un talent cach√© qui sort de sa coquille. Maxwell Thorpe est l’une des stars en herbe qui a pass√© des ann√©es √† chanter dans les rues pour les passants alors qu’il aurait d√Ľ gagner des millions sur sc√®ne. Son audition sur Britain’s Got Talent a absolument stup√©fi√© le public et les quatre juges alors qu’il chantait ¬ę Caruso ¬Ľ pour leur divertissement.

Maxwell est un chanteur dramatique de 32 ans qui a grandi comme musicien ambulant. Un musicien ambulant est un artiste de rue qui gagne suffisamment pour payer le loyer en engageant des particuliers dans la ville, en fonction de l’argent des gens qui veulent donner quelques dollars. √Čvidemment, certains artistes gagnent plus que d‚Äôautres, et certains ne parviennent pas √† vraiment quitter les routes. C‚Äôest √©videmment en supposant qu‚Äôils l‚Äôesp√®rent √† un moment donn√©.

Se produire dans la ville de n‚Äôimporte quelle ville du monde est une opportunit√© que la majorit√© d‚Äôentre nous n‚Äôont pas. Vous pouvez d√©finir vos propres heures et jours, et si vous souhaitez vous baigner plut√īt que de travailler, vous le pouvez. Une vie simple pour les individus ordinaires pr√©f√©rerait ne pas √™tre assur√©e par un travail habituel.

En cas de doute, la plupart des musiciens de rue ne sont jamais per√ßus par des individus capables de pr√©senter leurs cadeaux aux yeux du public. C’est l√† qu’interviennent des √©missions comme BGT. Elles offrent √† toute personne poss√©dant une touche d’expertise une chance d’√™tre entendue. De plus, s‚Äôils sont √† peu pr√®s aussi bons qu‚Äôils le pensent naturellement, ils seront pouss√©s vers la finale.

Même s’ils n’arrivent pas à la finale, leurs noms sont disponibles pour que les recruteurs puissent les prendre en compte chaque fois qu’ils se présentent en plein jour. Même si les autorités désignées ne s’estiment pas les plus formidables dans le défi, d’autres pourraient sentir qu’elles ont du potentiel et leur proposer un accord. Pour certaines personnes, c’est le principal moyen de se voir offrir à tout moment une chance d’accéder à un statut permanent.

Maxwell Thorpe, chantant son interpr√©tation de ¬ę Caruso ¬Ľ, est devenu l’un de ces musiciens ambulants qui ont choisi de tenter de faire passer leurs chansons au niveau sup√©rieur. C‚Äôest formidable qu‚Äôil l‚Äôait fait √©tant donn√© qu‚Äôil a re√ßu un tonnerre d‚Äôapplaudissements de la part des personnes pr√©sentes dans les tribunes lors des essais du BGT. Maxwell est un symbole que de nombreux artistes de la rue regarderont vers le haut et tenteront d‚Äôimiter son exemple.

 

Un chien aveugle a v√©cu sa vie seul dans la rue jusqu’au jour o√Ļ il a rencontr√© un chien

 

Un jour, une chienne errante est devenue maman de trois adorables chiots derrière les garages. Les résidents locaux ne les laissaient pas sans surveillance, nourrissant régulièrement la mère et ses bébés.

Les chiots ont grandi et sont devenus des créatures joyeuses et amicales. Deux d’entre eux ont été placés avec succès entre de bonnes mains, mais un chiot est resté dans la région.

Elle s’appelait Zabava et devint rapidement la pr√©f√©r√©e de tous les habitants de la r√©gion. Ils la soignaient avec soin : ils la nourrissaient, lui donnaient un bain et surveillaient sa sant√©.

Le plaisir se distinguait par sa capacit√© particuli√®re √† approcher les gens avec affection et √† exiger de l’affection. En r√©ponse, elle √©tait toujours caress√©e et griff√©e derri√®re les oreilles. Les soins prodigu√©s aux r√©sidents en faisaient presque un chien de maison – elle √©tait toujours bien soign√©e et en bonne sant√©.

Cependant, sa pr√©sence ne plaisait pas √† tout le monde. L’un des voisins, qui habitait au deuxi√®me √©tage, ne tol√©rait pas les chiens et chassait toujours Zabava. Mais le chiot, ne comprenant rien, le salua avec joie et en remuant la queue.

Pour se prot√©ger et prot√©ger le chien, les r√©sidents l’ont emmen√© chez le v√©t√©rinaire. Ils ont collect√© des fonds et l’ont vaccin√©e contre toutes les principales maladies, et ont √©galement proc√©d√© √† la st√©rilisation, que Zabava a bien tol√©r√©e.

Le chien divisait les gens en ¬ę amis ¬Ľ et ¬ę √©trangers ¬Ľ. Le premier groupe comprenait les habitants des maisons environnantes, le deuxi√®me groupe comprenait les passants et les invit√©s. Elle √©tait m√©fiante et parfois m√™me agressive envers les ¬ę √©trangers ¬Ľ, ce qui √©tait parfois tout √† fait justifi√©.

Par exemple, un jour, un homme est venu dans le quartier et s‚Äôest comport√© de mani√®re suspecte, mais Zabava a imm√©diatement senti que quelque chose n‚Äôallait pas. Lorsque cet homme a vol√© des affaires √† l’un des r√©sidents, le chien a attrap√© son sac et ne l’a plus l√Ęch√© jusqu’√† ce que les voisins viennent √† son secours.

Cet incident a forc√© m√™me les sceptiques √† admettre les avantages de s’amuser dans la cour. Ils ont commenc√© √† mieux la nourrir et les enfants ont √©t√© autoris√©s √† jouer avec elle.

Ils ont construit une cabane pour Zabava sous un arbre, l’ont isol√© avec de vieux chiffons et le chien y a v√©cu pendant plusieurs ann√©es jusqu’√† ce que les habitants remarquent des changements dans son comportement. Si auparavant elle attrapait adroitement la nourriture qui lui √©tait lanc√©e, elle commen√ßait maintenant √† l’ignorer jusqu’√† ce qu’elle soit rapproch√©e de son museau.

Auparavant, Zabava attrapait toujours le ballon adroitement, mais elle commen√ßait ensuite √† le rater. Parfois, elle marchait et se heurtait soudainement √† un mur. Tout cela semblait √©trange et le chien devait √™tre emmen√© chez le v√©t√©rinaire, mais le gars qui s’occupait habituellement de ce genre de probl√®mes est parti et les autres ne voulaient pas faire √ßa.

Apr√®s un certain temps, les yeux de Zabava commenc√®rent √† devenir troubles. Les r√©sidents inquiets ont finalement trouv√© quelqu’un qui a accept√© de l’emmener √† la clinique, mais il √©tait trop tard. Les v√©t√©rinaires ont confirm√© que le chien √©tait aveugle et que sa vision ne pouvait pas √™tre restaur√©e.

Cette nouvelle a boulevers√© tout le monde. Les habitants sympathisaient avec Zabava, mais ne savaient pas comment l’aider. Le chien a commenc√© √† se d√©placer plus prudemment dans la cour et a pass√© plus de temps dans son chenil, craignant les collisions.

Un jour, Zabava a failli √™tre heurt√©e par une voiture qui faisait marche arri√®re et le conducteur ne l’a pas remarqu√©e. Apr√®s cet incident, elle a cess√© de quitter la zone proche de sa cachette.

Les r√©sidents locaux ont continu√© √† prendre soin de Zabava, en lui apportant de la nourriture et de l’eau. Cependant, en raison d’une diminution de son activit√©, l’app√©tit de Zabava a chut√© et elle a presque arr√™t√© de manger. Cependant, les voisins ont d√©cid√© que le chien devait bien manger avant sa mort imminente et ont commenc√© √† lui donner de la viande.

Tout a chang√© lorsqu’un matin, un camion est arriv√© avec les affaires des nouveaux r√©sidents. Il a √©t√© suivi par une voiture d’o√Ļ sont descendus un homme, une femme et un chien.

Le nouveau chien, sentant le plaisir, a couru vers son stand. Fun, sentant l’√©tranger, se mit √† grogner, mais lorsque le chien s’approcha, le grognement s’arr√™ta. Les animaux ont commenc√© √† se renifler, oubliant tout ce qui les entourait. Le propri√©taire a tent√© √† plusieurs reprises de rappeler son chien, mais celui-ci l’a ignor√©. Finalement, l’homme s’est approch√©, a appel√© son chien, Gray, et il a finalement r√©pondu.

Une fois le d√©chargement termin√©, Gray a √©t√© temporairement enferm√© dans la salle de bain pour ne pas √™tre d√©rang√©, puis rel√Ęch√© pour inspecter sa nouvelle r√©sidence. Pendant tout ce temps, Fun le regardait derri√®re son stand.

Le soir apr√®s le d√©m√©nagement, alors que tout le monde √©tait fatigu√©, Gray n’a pas eu de promenade √† part enti√®re. Andrei, fatigu√© apr√®s une longue journ√©e, s’est rendu au magasin le plus proche pour faire l’√©picerie et est rapidement rentr√© chez lui. Gray n’a eu que le temps de faire ses besoins dans la rue. Le chien, sentant l’odeur du Fun, s’arr√™ta mais, comprenant l’humeur du propri√©taire, choisit de ne pas s’enfoncer plus profond√©ment dans les cours.

Le lendemain matin, d√®s l’aube, Gray, plein de d√©termination, r√©veilla les propri√©taires. D√©bordant d’√©nergie, il commen√ßa √† remuer la queue et √† tirer sur la laisse, signalant clairement qu’il √©tait temps de se promener. Andrey, souriant, commen√ßa √† mettre ses chaussures.

Le chien √©tait ravi et sautait m√™me de joie. Il s’est arr√™t√© un instant, comme s’il se souvenait de quelque chose d’important, et a couru vers son jouet pr√©f√©r√© – une balle en caoutchouc, qu’il a ensuite apport√©e √† la porte.

– Tu veux jouer? – Andrei a demand√©, voyant avec quelle r√©v√©rence Gray tenait le ballon entre ses dents. “D’accord, allons jouer”, dit-il en ouvrant la porte.

Ils sont sortis, mais au lieu de la place habituelle, Gray a tra√ģn√© le propri√©taire jusqu’au stand o√Ļ vivait Zabava. Andrei n’√©tait pas fan des chiens des rues, car la plupart d’entre eux lui semblaient dangereux et il craignait pour la sant√© de Gray en raison d’une √©ventuelle infection par des maladies.

Andrei a essay√© d’emp√™cher Gray de s’approcher du stand, a tir√© sur la laisse et lui a strictement ordonn√© d’aller dans une direction diff√©rente, mais le chien √©tait √©tonnamment t√™tu. Au d√©but, Andre√Į √©tait effray√© par le comportement incontr√īlable de son animal.

Arriv√© au stand, Gray pla√ßa soigneusement le ballon √† l’entr√©e et aboya bruyamment en remuant la queue. Un l√©ger grognement se fit entendre depuis la cabine, mais le chien continua d’insister. S’accroupissant, il g√©mit pitoyablement et remua encore plus la queue.

Ses efforts ont √©t√© couronn√©s de succ√®s – Du plaisir est apparu depuis le stand. Elle sortit lentement et Gray tremblait de partout d’excitation et de joie. Mais le jeu n’a pas fonctionn√© : Zabava a montr√© peu d’int√©r√™t pour le ballon que Gray lui a offert avec tant de diligence.

Le chien √©tait confus, mais s’est vite rendu compte que Zabava ne pouvait rien voir. Elle renifla soigneusement le ballon offert et le l√©cha, mais ne joua pas.

Gray, d√©√ßu mais pas d√©courag√©, resta √† c√īt√© de sa nouvelle amie, essayant de la soutenir du mieux qu’il pouvait. Andrey, en regardant cela, s’est finalement rendu compte que son chien avait trouv√© un v√©ritable ami et a d√©cid√© d’aider les deux chiens d√®s qu’il le pouvait.

“Gray, rentrons √† la maison”, a rappel√© le propri√©taire. Le Chien ob√©it lentement, se sentant d√©√ßu parce qu’il pensait que Fun ne voulait tout simplement pas jouer avec lui. Il a m√™me oubli√© le ballon gauche.

Fun √©tait assise √† son stand, √©coutant les bruits des pas en retraite du propri√©taire et de Gray, se demandant pourquoi elle √©tait rest√©e seule. Apr√®s que les pas se soient calm√©s, elle a trouv√© le ballon, l’a pris entre ses dents et l’a tra√ģn√© √† l’int√©rieur de son abri.

Les jours suivants se d√©roulent sous le signe d‚Äôune r√©p√©tition de ce sc√©nario. Gray apportait des jouets – balles, cordes, d√©s en plastique – et √† chaque fois il essayait de persuader Fun de jouer. Mais le b√Ętard ne pouvait pas comprendre ce que ce chien persistant voulait d’elle. Gray partait boulevers√© √† chaque fois et Andrei rendait les jouets oubli√©s √† la maison, de sorte que le lendemain matin, le chien choisissait √† nouveau quelque chose de nouveau dans la bo√ģte, dans l’espoir de plaire √† Fun.

Andrei a rencontr√© des voisins qui lui ont parl√© du sort de Zabava. Et puis quelque chose s’est produit qui a aid√© Gray √† tout comprendre.

Un matin, en arrivant au stand, Gray a d√©couvert qu’il √©tait vide : Fun √©tait dehors et mangeait dans un bol. Lorsqu’elle entendit Gray aboyer, elle leva les yeux de sa nourriture et se pr√©cipita vers lui, mais ne remarqua pas d’arbre sur son chemin et se cogna le nez. Par surprise, Zabava a march√© avec sa patte dans le bol, a tr√©buch√© en arri√®re et s’est cogn√©e les fesses contre une voiture qui se tenait derri√®re elle. Elle s’arr√™ta et commen√ßa √† regarder autour d’elle avec confusion.

Reniflant l’air, Fun se dirigea vers Gray, qui entre-temps avait parcouru la distance et se tenait devant un obstacle sur la route.

Fun s’est accidentellement cogn√© le nez dans le dos de Gray. Le chien la poussa doucement vers le stand, ramassa le bol et le pla√ßa devant Fun.

Le chien grogna, soup√ßonnant que quelqu’un touchait sa nourriture. Mais Gray ne se souciait pas de la nourriture ; il s’est √©cart√©.

Depuis, Gray a cess√© de proposer des jouets √† Fun. Il s’est rendu compte qu’elle √©tait aveugle, mais son int√©r√™t pour elle n’a pas disparu.

Maintenant qu’Andrei n’était plus en colère parce que chaque promenade commençait et se terminait au stand de Zabava, ils pouvaient tranquillement passer du temps ensemble. Les animaux se reniflaient et remuaient joyeusement la queue. Gray a passé quelques minutes avec son ami, puis a suivi docilement son propriétaire chez lui. Fun était assis près du stand et attendait tristement la prochaine rencontre avec un nouvel ami.

“La pauvre chose”, dit le propri√©taire en regardant le chien. “Elle ne peut m√™me pas sortir avec Gray.” Regardez comme elle s’ennuie. Ce n‚Äôest pas surprenant, car elle reste assise au m√™me endroit toute la journ√©e.
Andrey a r√©fl√©chi aux paroles de l’h√ītesse et a d√©cid√© de changer la situation. La prochaine fois qu’il a emmen√© Gray se promener, il est all√© √† l’animalerie et a achet√© un joli collier et une nouvelle laisse. Gray regarda les achats avec curiosit√©, ne comprenant pas pourquoi ils pourraient √™tre n√©cessaires. Apr√®s tout, il avait d√©j√† tout ce dont il avait besoin pour se promener √† la maison.

Mais au lieu de suivre l‚Äôitin√©raire habituel, Andrey a conduit Gray directement au stand de Zabava. Gray √©tait perplexe, mais suivit son propri√©taire. En s’approchant de la cabine, Andrei a soigneusement attach√© le nouveau collier autour du cou de Zabava, qui au d√©but √©tait nerveux et a essay√© de se lib√©rer. Il a ensuite attach√© une laisse au collier.

Lorsque Fun a senti la tension sur la laisse, elle s’est fig√©e de peur puis est tomb√©e. Gray a imm√©diatement couru vers elle, l’a aid√©e √† se relever et l’a doucement pouss√©e vers Andrey.

Avec précaution, faisant quelques pas, Zabava commença à suivre Andrei, sentant Gray à proximité. Ils se dirigèrent lentement vers la place la plus proche. Le plaisir était inhabituel et effrayant, mais avoir Gray à proximité la rendait plus confiante.

Andrey lib√©ra Gray de la laisse et le regarda commencer √† conduire prudemment Zabavu autour de la place. Ils se dirig√®rent vers la pelouse, o√Ļ ils jou√®rent ensemble pendant un moment, puis Andrei d√©cida qu’il √©tait temps de rentrer chez lui.

“√Ä la maison, donc √† la maison”, pensa Gray, menant toujours Fun en laisse. Mais au lieu de donner la laisse √† Andrey, il a conduit Zabava avec confiance plus loin, devant l’entr√©e de sa maison.

¬ę¬†Donnez-moi la laisse¬†!¬†¬Ľ – Andrei a demand√©. Mais Gray, comme s’il ne l’entendait pas, continua √† diriger Fun jusqu’√† ce qu’il l’am√®ne √† l’entr√©e de leur maison.

C’est ainsi que l’histoire s’est termin√©e. Le stand dans la cour est rest√© vide et Zabava a d√©m√©nag√© chez un nouvel ami et son propri√©taire, a trouv√© une nouvelle maison et une nouvelle famille. Personne d’autre n’a vu la balle que Gray avait apport√©e une fois ; elle est rest√©e dans le coffre √† jouets. Zabava vivait d√©sormais dans une maison chaleureuse, entour√©e de soins et d’attention, √† c√īt√© d’une amie fiable qui √©tait devenue ses yeux dans ce grand monde.

214 Views
Rating
( No ratings yet )
Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: