Cette liste de souhaits de ce petit garçon, envoyée aux personnes qui l’ont adopté, est déchirante.

Un petit garçon de l’Oklahoma a été maltraité par ses parents biologiques, qui l’ont donc fait adopter. Lorsqu’il a rencontré les personnes qui l’avaient adoptée, il leur a remis une lettre qui vous fera pleurer…

La maltraitance des enfants se produit lorsqu’un parent ou un autre adulte s’occupant d’un enfant le bénit, le tue ou menace de le bénir gravement, soit en faisant quelque chose, soit en ne faisant pas quelque chose.

 

La maltraitance des enfants peut prendre de nombreuses formes, telles que la négligence, les violences physiques, les abus sexuels, l’exploitation et la violence psychologique.

Le groupe a récemment partagé la lettre d’un enfant qui a été maltraité par ses deux parents, qui étaient de grands buveurs. Cela me brise le cœur de voir un enfant qui n’a jamais connu le véritable amour et le bonheur de la part de ses parents.

Ce garçon n’a connu que la négligence, la maltraitance et la faim tout au long de sa vie.

Certaines personnes sont vraiment mauvaises… Quelqu’un dans le voisinage a vu que de mauvaises choses se passaient dans une maison voisine et s’est senti mal pour le petit garçon qui s’y trouvait. Il a décidé d’appeler les services de protection de l’enfance.

Lorsque la police est arrivée, elle a emmené le petit garçon dans un groupe appelé Dreamcatchers for Abused Children (attrape-rêves pour enfants maltraités). Ils ont fait en sorte que ces choses terribles ne se reproduisent plus jamais pour l’enfant.

Lorsque l’organisation a trouvé le meilleur foyer pour l’enfant, je pleure chaque fois que je vois ce qu’il a écrit sur un bout de papier. Tout ce que ce garçon veut, ce sont des choses normales… Il a écrit : « Les choses que je veux dans ma famille :

Je veux de la nourriture et de l’eau. Ne me draguez pas. Une maison avec de l’eau courante et de la lumière. Je veux de l’amour. Maman et papa ne se battent pas. Je ne veux pas de drogue.

 

Ne tuez pas mes animaux de compagnie. De l’aide à l’école. De beaux vêtements propres. Pas de poux. Pas d’insectes dans la maison. Maison propre. Un lit propre avec des couvertures.

Ne pas vendre mes jouets. Traité équitablement. Ne pas se saouler. Télévision dans la maison. Laissez-moi garder mes affaires d’école.

Jolies chaussures. Mon propre savon peigne. Belle maison, coffre-fort et manteau de chauffage. Brosse à dents ».

Vous qui lisez ces lignes, vous possédez probablement tout ce que veut ce petit garçon.

Ce qu’il faut retenir de cette histoire, c’est qu’il ne faut JAMAIS considérer quoi que ce soit comme acquis : Il ne faut JAMAIS considérer quoi que ce soit comme acquis. La vie que vous avez aujourd’hui est la liste des souhaits de quelqu’un.

 

Un homme a nourri des chats des rues près de son bureau pendant 20 ans, mais a arrêté : ils ont vite trouvé sa maison

Un homme nommé Joe Fonseq a travaillé dans un bureau d’une petite ville de Californie pendant plus de vingt ans. Pendant tout ce temps, il a pris soin des habitants à fourrure du parking proche de son lieu de travail, en leur fournissant de la nourriture quotidienne. Ces chats connaissaient l’heure exacte de leur arrivée et le saluaient toujours avec beaucoup de gratitude et d’affection.

Cependant, le temps du changement est venu et Joe a décidé de prendre un repos bien mérité en prenant sa retraite. Il regrettait de ne pas pouvoir continuer à prendre soin de ses amis ronronnants, mais la vie exigeait de nouvelles étapes.

Et soudain, quelques jours plus tard, les chats se sont retrouvés chez Joe. Sa maison n’était pas loin de son lieu de travail, et il était à la fois étonné et heureux de voir des rangées de ses compagnons ronronnants se diriger vers sa maison. Tous ces chats étaient en fait ses amis. C’est ainsi que commença la routine : jour après jour, les chats venaient le voir à une certaine heure, et Joe ne pouvait pas leur refuser de la nourriture.

Cependant, il ne fallut pas longtemps avant que les voisins ne remarquent cette étrange coutume. Les résidents mécontents ont décidé de porter plainte auprès de la direction de l’immeuble. Bientôt, un représentant de la société de gestion frappa à la porte de Joe, tenant dans ses mains une pile de documents confirmant les règles de résidence. Ces papiers indiquaient clairement qu’il était interdit de garder des animaux dans cette habitation. Malgré le fait que tous les résidents ne respectaient pas cette règle, certains gardaient des chats ou des chiens, il était impossible de cacher le fait que Joe avait près de vingt chats chaque jour.

Aux États-Unis, les lois sur les relations familiales sont appliquées de manière très stricte, car les violations entraînent souvent de lourdes sanctions. Pour Joe, cela signifiait que s’il ne cessait pas d’attirer les chats, il s’exposerait à de lourdes amendes et à une éventuelle expulsion, puisque la maison ne lui appartenait pas, mais qu’elle était louée.

Ainsi, Joe s’est retrouvé dans une situation très difficile. Il ne pouvait pas interdire aux chats de venir chez lui, car ce sont des animaux et ne comprennent pas ces interdictions. Cependant, il ne pouvait pas non plus se permettre de payer les énormes amendes, car il n’était pas riche et n’avait pas de maison propre. Il pourrait simplement essayer d’ignorer la situation, arrêter de nourrir les chats, mais cela ne les empêcherait pas d’apparaître. D’un autre côté, la direction de la maison pouvait faire appel à un service spécialisé pour attraper les animaux, et le sort futur de ces chats restait incertain, probablement assez triste.

Joe était donc confronté à un choix difficile. Incapable de tenir tête à la direction de la maison, il ne pouvait pas non plus trahir ses amis à quatre pattes. La question s’est posée de savoir quoi faire dans une telle situation.

Fonseq a appelé activement tous les refuges de la région, mais a été confronté à des refus partout : il n’y avait tout simplement pas de place pour des animaux à fourrure supplémentaires, car il y avait une surpopulation partout. L’homme perdait presque espoir, mais soudain, la situation a changé : l’un des refuges a accepté de lui apporter de l’aide. En arrivant là-bas avec le premier chaton, Fonseq a été frappé par les conditions terribles : l’endroit semblait sauvage et négligé. Cependant, il a été émerveillé par le personnel du refuge : c’étaient des gens pleins de gentillesse et dévoués à leur travail. Malgré le manque de fonds et de financement, leur passion intérieure les a motivés à aider autant que possible. Cette détermination et cet enthousiasme donnent à Fonseca un second souffle.

 

 

Alors l’homme pensa : pourquoi resterait-il à la retraite, ne rien faire, et se laisser transformer en un vieil homme faible ? C’est à ce moment-là qu’il décide de se saisir de l’affaire. Tout d’abord, il a rassemblé tous les chats qui venaient régulièrement chercher de la nourriture. Tout le monde s’est relayé – ils étaient une vingtaine. Il a envoyé tout le monde dans ce même refuge. Il commença alors à améliorer les conditions de ce refuge. Fonseq était un artisan et, grâce aux fonds limités du refuge, il a pu acheter des matériaux de construction. Sans les fonds nécessaires pour embaucher des ouvriers, il a pris en charge tous les travaux lui-même, maîtrisant ainsi la construction.

Ainsi, grâce à ses efforts et à son travail titanesque, le refuge est devenu beaucoup plus confortable et attrayant. Bien qu’il soit resté loin de la richesse, il a acquis une apparence humaine, se débarrassant de l’atmosphère d’horreur. Fonseq a ensuite commencé à faire du bénévolat au refuge et a pu voir ses amis à quatre pattes presque tous les jours jusqu’à ce qu’ils puissent trouver un foyer pour toujours et des propriétaires attentionnés.

1,336 Views
Rating
( 1 assessment, average 4 from 5 )
Like this post? Please share to your friends:
Leave a Reply

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: